Délégationdes Pays de l’Adour

Audrey, femme courage

Audrey a 34 ans. Maman de deux beaux enfants, Patrick (9 ans) et Alexa (13 ans), elle les élève seule depuis mai 2010, moment où son mari lui apprend qu’il la quitte. Être forte pour ses enfants lui a permis de ne pas tomber dans une dépression sans fin, mais cette période laisse à cette femme courage un goût âpre et amer.

Audrey et son fils, Patrick : avec Alexa, sa fille aînée, la famille s'est renforcée grâce aux vacances avec le Secours Catholique des Pays de l'Adour.

Soutenue par sa maman et son frère, Audrey a toujours travaillé. Son CAP serveur en poche, elle a enchaîné les petits jobs, des remplacements, ne craignant pas de toucher à tout : cantinière, cantonnière, femme de ménage… La valeur du travail transmise par ses parents est honorée à bien des égards. « Je me souviens qu’avec mes parents on allait travailler aux champs. Que de beaux souvenirs ! Je garde le souvenir d’une enfance très heureuse à la campagne ! » aime raconter la jeune femme. Originaire de Mont-de-Marsan, Audrey a beaucoup bougé, au fil des déménagements de sa famille militaire.

Mais en avril 2014, elle tire la sonnette d’alarme. Elle ne s’en sort pas. C’est alors que la rencontre avec des bénévoles du Secours Catholique des Landes lui ouvre une fenêtre pour respirer un peu. Rencontrer des personnes qui ne la jugent pas, discuter de choses et d’autres, se permettre de craquer sans peur du regard… C’est tout cela qu’Audrey a trouvé auprès de « ses dames » comme elle dit ! Exemplaire dans la tenue de ses comptes, Audrey n’a aucune dette. « C’était presque un problème, sourit la jeune femme, l’assistante sociale me disait, “si vous aviez des dettes on pourrait vous les prendre en charge, mais comme vous tenez votre budget au carré, vous payez tout sans vous plaindre et il ne vous reste plus rien”. » Cette rigueur, elle en est fière. Elle qui a hérité de dettes de son ex-mari, elle gère avec responsabilité et rigueur le budget familial, qui ne permet pas d’écart, particulièrement en ce qui la concerne. « Je sais ce que je peux dépenser par semaine et je compte chaque dépense. C’est comme ça que je m’en sors. » L’aide alimentaire et la boutique solidaire sont les coups de pouce que le Secours Catholique apporte à la famille pour permettre de maintenir un budget à l’équilibre. Autant dire que les petits extras sont bien rares.

Alors, quand le Secours Catholique propose à Audrey, au printemps 2016, de partir une semaine en vacances avec d’autres familles pendant l’été, c’est le rêve qui semble devenir réalité ! Une seule ombre au tableau : elle venait de décrocher un remplacement de quelques semaines. Impossible de poser huit jours pour des vacances. Poussée par les bénévoles, elle ose aller expliquer la situation à son nouveau patron. L’audace a payé : son patron lui accorde des congés ! « C’était la première fois qu’on allait partir en vacances ensemble ! On a commencé par mettre en place “la tirelire des vacances” : dès qu’on avait une pièce, c’était pour la tirelire ! Les pourboires que j’avais à cette époque passaient tous dans la tirelire ! » Quelle fierté de la maman et de ses deux enfants de parler de ces efforts et de cette cagnotte familiale !

La préparation de cette semaine s’est faite dans l’enthousiasme et l’excitation montait de semaine en semaine. Puis, les vacances sont enfin arrivées : direction Saint-Georges-de-Didonne ! « Pendant une semaine, je n’ai pas vu mes enfants… Ils partaient le matin pour aller jouer avec les autres enfants, revenaient le midi pour manger avec moi, me raconter la piscine, les jeux, les copains, repartaient l’après-midi et me retrouvaient pour le soir. C’était une joie pour moi de voir combien ils profitaient et étaient heureux ! » Pour Audrey, cette semaine de vacances a été une semaine où la pression qu’elle se met au quotidien pour être à la hauteur, et pour compenser l’absence du papa, a laissé place au repos, et au lâcher prise. « Je me suis autorisée à me faire plaisir », lâche la mère de famille. Elle continue en nous confiant : « Tout à coup, je n’existais plus uniquement par mes enfants, mais pour moi. Les gens s’intéressaient à moi pour moi. On était tous au même niveau, sans comparaison. On était tous différents, mais on se ressemblait tous. » La semaine a filé trop rapidement, s’accorde à dire la famille ! Ce sont maintenant les souvenirs de cette semaine un peu hors du temps, qui restent pour tous. « Avant, pendant les vacances, on faisait pas grand-chose, dit Patrick. Là, on a passé une semaine de vacances géniale ! »

Depuis, la rentrée s’est faite : changement de collège pour Alexa et d’école pour Patrick, car la famille a déménagé à Mont-de-Marsan pour accéder à un logement plus digne et moins énergivore. Une nouvelle vie s’écrit, même si les soucis restent. « Aujourd’hui, on est plus forts grâce à ces vacances vécues ensemble. Quand ça ne va pas, on repense à ces moments et ça va mieux. » Audrey, qui nous confie que même dans les moments les plus difficiles, elle a toujours fait un don au Secours Catholique, espère maintenant trouver un travail stable pour lui permettre de profiter de ses enfants tout en assurant une sécurité financière à la famille. « Après, j’essaierai de penser à moi pour me faire un peu de bien au quotidien : du sport, une activité… et je continuerai à aller voir “mes dames” du Secours Catholique ! »

>> Lire l’article sur les vacances à Saint-Georges-de-Didonne

Imprimer cette page

Faites un don en ligne