Délégationdes Pays de l’Adour

Rassemblement national à Lourdes : quelques mots d’une participante

Du 13 au 16 octobre 2016 a eu lieu à Lourdes le rassemblement national visant à s’approprier le nouveau projet national du Secours Catholique pour les dix ans qui viennent. Neufs ambassadeurs de la délégation des Pays de l’Adour y ont participé : Anne-Marie, Brigitte, Éliane, Françoise, Marie-José, Pascale, Philippe, Robert et Yveline. Quelques mots d’Anne-Marie sur ces journées hors du commun !

La délégation des Pays de l'Adour au rassemblement national du Secours Catholique à Lourdes, en octobre 2016.

Ce que j’ai ressenti :
Que nous avions tous mûri dans l’appropriation du projet au fil de ces trois jours.

Une rencontre :
Un nouveau bénévole disait : « J’étais seul et je me suis dit que je devrais faire du bénévolat, mais c’est égoïste, très égoïste. » Je lui ai répondu que c’était ceux qui ne faisaient rien qui étaient égoïstes. Je crois que ça lui a fait du bien.

Une idée d’action :
Mettre en situation des bénévoles par l’expérimentation. Exemple : mettre en valeur les jeunes, les accompagner dans la création de leur projet.

Temps sur les chantiers prioritaires :
Le travail s’est effectué en fraternités de dix personnes, fraternités pilotées par un animateur. Nous étions de régions différentes. Il y a eu une grande qualité d’écoute. Ce que j’en retiens, c’est que les équipes doivent travailler l’entraide, ce qui est différent de l’aide ; que l’enseignement, c’est la pédagogie de la répétition ; et l’importance des temps de relecture.

Comment dynamiser les territoires ?
Bénévoles, personnes aidées : nous sommes tous acteurs et nous devons avoir souci de la vitalité de nos territoires (conseils de quartier, partenariats, etc.). Le Secours Catholique ne doit pas s’isoler dans son action propre mais doit participer à la vie locale.

Les jeunes au Secours Catholique :
Oser accueillir les jeunes comme bénévoles, créer des espaces pour eux, adapter les emplois du temps, valoriser leurs idées. Trouver le langage, l’accueil. Les jeunes veulent participer à leur avenir.

Un message pour finir :
Si on a le temps de le faire, il est urgent de s’y mettre !

Anne-Marie

Imprimer cette page

Faites un don en ligne